Anatomie du Labo

Anatomie du Labo part d’une idée originale : interroger les films de la compétition Labo du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand en donnant un champ d’expression à des étudiants et des artistes confirmés. Sauve qui peut le court métrage propose de visionner les films sélectionnés du Labo et d’analyser les films avec des étudiants pour en faire surgir une empreinte, une trace, un symbole, un signe à travers un travail plastique.

 

Malgré les contraintes dues au contexte sanitaire de cette année 2020, les différents ateliers prévus avec les différentes institutions partenaires de l’exposition Anatomie du Labo se sont bien déroulés. Nous le devons à tous les pédagogues ainsi qu’à leurs administrateurs et tenons à leur rendre hommage pour cet investissement. Le dialogue graphique avec les films Labo semblait d’autant plus important, quand, durant la même période, toutes les salles de cinéma, ou les lieux culturels, sont restés fermés au public. Anatomie n’échappera pas à cette règle. Pour la première fois, les réalisations des artistes seront accessibles en ligne. Une transition qui a donné une idée aux participants : celle de se mettre en scène en concevant des pastilles sonores ou filmiques, vous donnant accès aux coulisses de la fabrication d’Anatomie du Labo.

 

L’accompagnement des élèves dans leur projet se fait en plusieurs temps :

 

  • La diffusion de films du Labo à des élèves : avant l’officialisation de la sélection début décembre, une première rencontre est organisé avec les élèves des établissements pour visionner un programme de films Labo. Cette étape permet parler du cinéma non-narratif, expérimental, afin de les mettre en condition pour le visionnage des films qui seront sélectionnés et constitueront ensuite leur corpus de travail.
  • Un temps d’analyse filmique avec les élèves : dès que la sélection Labo est rendue officielle est organisé plusieurs projections des films sélectionnés pour que les élèves choisissent le film sur lequel ils travailleront. Ce temps permet d’échanger autour des films Labo pour qu’ils s’habituent au langage de l’image, plus spécifiquement dans la veine non-narrative du Labo.
  • Le travail de réflexion et de création autour d’une œuvre : les professeurs des établissements ainsi qu’un artiste commandité par Sauve qui peut le court métrage accompagnent le travail créatif des élèves, à qui il est demandé de faire une esquisse de leur idée à partir du film qu’ils ont choisi, puis de retravailler et modifier leur oeuvre avant qu’elle puisse être validée sous sa forme définitive.
  • Le travail de production graphique : ce travail créatif est l’occasion d’un workshop d’une semaine dans les établissements, pendant lequel les élèves concrétisent leur idée avec l’aide des professeurs et de l’artiste commandité par Sauve qui peut le court métrage et exécutent l’impression de la sérigraphie.
  • L’accompagnement des élèves dans l’organisation et la mise en œuvre des expositions : une fois la sérigraphie exécutée, les élèves doivent organiser l’exposition. Ils sont alors confrontés aux enjeux pratique d’une exposition, en collaboration avec des artistes professionnels : l’organisation logistique, la cohérence générale, la sélection et la mise en valeur des œuvres qui seront exposées.
Préparation des oeuvres avec les élèves à la SEPR de Lyon

L’aspect artistique est le plus évident dans ce projet, puisque l’exposition permet de valoriser le travail de création des élèves. Mais ce projet travaille aussi sur le développement d’autres compétences pour eux. Du point de vue de l’éducation à l’image d’abord, les élèves sont confrontés à une nouvelle forme d’image, le format du film court, qui de plus est issue de la sélection Labo. La question du passage d’un support à un autre permet ensuite d’approfondir la réflexion autour de la conception de l’œuvre graphique. Enfin, en mettant les élèves face à toutes les problématiques liées à la concrétisation de l’exposition, ils découvrent ainsi les enjeux de la mise en valeur des œuvres, tout en faisant appel à un certain nombre de compétences de logistique et de travail en groupe nécessaires.

 

Liste des établissements et institutions partenaires d’Anatomie du Labo :  

  • Le Lycée La Martinière Diderot de Lyon avec ses étudiants DN MADE Matériaux et Spectacle encadrés par les professeurs François Mallet et Olivier Quaglia 
  • Le Lycée La Fayette à Clermont-Ferrand avec ses élèves de 1re CV encadrés par leur professeure Florence Emch 
  • Les élèves de terminale Bac Pro Communication Visuelle du Lycée St-Géraud d’Aurillac avec leur professeur Fred le Falher 
  • Les jeunes suivis par la Direction Départementale Protection Judiciaire de la Jeunesse.  
  • Les détenus du Centre Pénitentiaire de Riom. 

Contacts

Anatomie du Jeune Public
Anatomie du Labo
Anatomie des images